top of page

Corine Ko, peintre et photographe

Dans la production artistique de Corine ko  la photographie et la peinture sont indissolublement liées : c'est avec le regard du peintre qu'elle retravaille ses photos, en y intégrant des éléments hétérogènes qui en font de véritables collages numériques ; inversement, la photographie s'incruste au sens propre dans la toile, en lui donnant une âme et un corps que la peinture vient habiller de couleurs.

S'y ajoutent parfois des fragments de papier déchiré – papier dentelle ou papier imprimé – qui lui donnent du relief et animent la surface de taches vivement colorées, autre habillage de ces silhouettes sans contour véritable : c'est la couleur qui dessine les formes et leur donne vie, libre de s'échapper, de se répandre, semblant dissoudre la forme provisoirement établie.

Et c'est ce qui frappe au premier chef dans la peinture de Ko : cette liberté de la couleur qui excède et outrepasse volontiers les contours, et qui règne en maître dans un univers sans repère spatial ni temporel.

Dans cet espace sans profondeur où les personnages semblent parfois en suspension ou en équilibre, le fil est le seul point de contact avec le monde et entre les êtres : "se relier", garder le lien, ne pas perdre le fil, c'est peut-être l'une des clés de cette œuvre à bien des égards énigmatique...

Ce fil qui court d'un tableau à l'autre, leitmotiv obsédant, est bien plus sans doute qu'un simple accessoire : fil de la vie avec lequel jouent les personnages, fil conducteur qui fait le lien entre les toiles, il innerve la peinture et traverse l'image en lui donnant un sens, une polarité.

D'une œuvre à l'autre, on voit se dessiner un univers féminin sensuel et poétique, plein de douceur, de grâce et de mystère.

Originaire de la région parisienne, Corine Ko vit et peint à Marseille depuis 1998. Elle travaille dans un bel atelier, où elle expose ses peintures et ses photographies .

texte de brigitte Mezzadri

Corine Ko Paintings and fine art photography

Corine Ko’s artistic process fuses photography and painting. Reworking her photos with the eye of a painter, she integrates heterogeneous elements to generate original digital collages.

At the same time, photography is literally embedded in her canvases, lending the
work a soul and substance that is adorned by the colors of the painting. She also
sometimes uses shreds of torn paper – either lace or printed paper – which add relief to the work and animate the surface with splashes of bright color, embellishing silhouettes that do not have a clear outline; instead, it is the color that defines the shapes and gives them life, liberating them to escape and spread, apparently dissolving the provisional form.

It is this exuberance that is initially striking in Corine Ko’s work, the willful freedom with which color overflows and surpasses contour, and reigns supreme in a universe without spatial or temporal points of reference.


In this depthless space where the subjects sometimes seem to be caught in suspension or equilibrium, the thread is the only point of contact with the world and between beings.


Being connected, maintaining a link, not losing the thread, is perhaps one of the keys to understanding this otherwise enigmatic work.

The thread that wanders from one painting to another as an obsessive leitmotif is doubtless much more than an incidental accessory: it is at once the thread of life with which the subjects are playing and the common thread that links the various pictures, it innervates the painting and traverses the image, giving it direction, meaning, and polarity.

From one work to the next, a sensual and poetic feminine
universe is emerging, filled with softness, grace and mystery.

Originally from the Paris area, Corine Ko has lived and painted in Marseille since 1998.
She works in a beautiful studio where her paintings and photographs are exhibited to the public.

Brigitte Mezzadri
(English translation by Chantal Ronday)

      Corine KO

bottom of page